Regroupe tous les articles testant les produits Squirt

Premier test du Barrier Balm

BarrierBalmPour son premier test presse, notre baume cuissard s’en sort avec les honneurs et a plus que convaincu Cédric Lemaître, le testeur, qui parle carrément de produit miracle !
C’est par ici que ça se passe :
http://velo-trainer.fr/squirt-barrier-balm-produit-anti-frottement-produit-miracle/

Test de Squirt sur MatosVelo.fr

Le lubrifiant Squirt a été torturé par le site Matos Vélo pendant quelques centaines de kilomètres, et il en ressort un des tests les plus complets et pointilleux qui soit.

C’est bien expliqué, bien rédigé, le test est fait sur une longue durée et cerise sur le gâteau : ils ont adoré Squirt !

Bref, c’est par ici que ça se passe : http://www.matosvelo.fr/index.php?post/2014/05/30/Test-du-lubrifiant-Squirtlube

logo matosvelo

A la recherche du lubrifiant le plus rapide du monde, par VeloNews

Cet article est la traduction d’un article paru dans le magazine VeloNews de Février 2014, dont vous trouverez la version originale en cliquant ici.

Chasse à la vitesse

A la recherche des lubrifiants les plus rapides du monde

La première règle des lubrifiants de chaîne est simple : il n’y a pas de règles.

Vu les infinités de variables de météo, de conditions de route, de manières de rouler, de choix d’équipement et d’habitudes de maintenance mécanique dans le vaste monde du vélo, il n’y a simplement aucun moyen de clamer haut et fort à la terre entière que CE produit, ici même, est le meilleur lubrifiant de chaîne que n’importe quel rider pourra utiliser tous les jours, dans toutes les conditions et n’importe ou sur terre.

Cependant, déterminer le meilleur lubrifiant basé sur le seul critère du rendement -à nos yeux très important, est possible. En utilisant tout un tas de matos de pointe de laboratoire et un bon paquet d’huile de coude, il est possible de trouver le lubrifiant le plus rapide, celui que vous utilisez pour les meilleures journées, celui qui lubrifiera le mieux les centaines de contacts métalliques et de points de rotations sur une chaîne afin de vous voler le moins de puissance possible de votre pédalier. Après tout, le rendement c’est la vitesse.

Pouvions-nous trouver le lubrifiant le plus rapide du monde ? C’était notre défi.

 

A la chasse

Nous avons commencé par retourner au laboratoire indépendant « Friction Facts » tenu par Jason Smith; nous avons utilisé la même configuration que le test de l’an dernier, presque identique. En utilisant cette configuration, nous avions trouvé précisément combien de puissance pouvait consommer une chaîne montée sur une transmission avec différent lubrifiants, cette perte étant mesurée en watts.

Comme Smith avait calibré son équipement de test avec une huile de référence qui se trouvait dans le précédent set de tests, publié dans la revue Vélo de mars 2013, toutes les données de ces deux tests sont directement comparables.

Nous avons donc inclus les résultats-clé de ces tests originaux, avec en face les nouvelles données.

L’an dernier était un run d’essai : nous avons pris 30 lubrifiants populaires et les avons testés sans vraiment savoir ce qui allait bien marcher et ce qui n’allait pas fonctionner. Les datas de ces premiers tests nous ont permis de faire une sélection de 25 nouveaux lubrifiants pour cette année. Nous savions par exemple que les lubrifiants au teflon fonctionnaient bien, ainsi que ceux à base de cire, alors nous en avons sélectionné plusieurs. Nous avons également sélectionné quelques lubrifiant très prometteurs sur le papier à base de nanotechnologies.

Et bien sûr, nous avons sélectionné quelques lubrifiants populaires qui avaient été oubliés du premier test, comme le légendaire Syn lube de Pedro.

Rien ne fut laissé au hasard. Smith, qui avait acheté tous les lubrifiants en magasin pour éviter de récupérer des fabricants des prototypes à la formule modifiée, a tout testé, du lubrifiant traditionnel à la cire fondue, en passant par l’huile de voiture et l’huile d’olive -oui, celle qui devrait normalement être dans votre salade, pas sur votre chaîne.

Avons nous réussi ? Avons-nous trouvé le lubrifiant le plus rapide ?

Il est impossible de le certifier à 100%, mais vu les graphiques obtenus -les principaux ingrédients contenus dans les lubrifiants les plus rapides étant constants et prévisibles- nous nous sommes certainement approchés de la vérité. S’il existe quelque chose de plus rapide quelque part, c’est quelque chose qui n’est pas encore commercialisé, ou ce n’est pas du tout un lubrifiant pour vélo.

velonewsgraph

Les résultats :

Pour la seconde année consécutive, le lubrifiant le plus rapide n’est pas du tout un lubrifiant traditionnel. Molten Speed Wax est comme son nom l’indique une cire. Une cire qui doit être fondue avant d’être appliquée sur la chaîne.

Il est basé sur une formule développée par le labo Friction Facts, que Smith a publiée pour la rendre publique (nous devons préciser que Smith n’a aucun rapport avec Molten Speed Wax, la société utilise simplement une partie de sa formule publiquement disponible)

L’année dernière, la cire de paraffine solide, celle qu’on trouve dans n’importe quel magasin de bricolage, était le lubrifiant le plus rapide, et de loin. Molten Speed Wax y a ajouté du Teflon (ou PTFE) et du molybdène. Ces deux additifs sont connus pour rendre les lubrifiants liquides plus efficaces. Le résultat était prévisible : Molten Wax SPeed a amélioré de 0,14 Watts le rendement de la paraffine -pas de beaucoup, mais vu les faibles marges de résultats, assez pour considérer Molten Speed Wax supérieur.

Mais le véritable héros de ce test fut Squirt Lube. C’est le lubrifiant liquide le plus rapide que nous avons jamais testé, et il est même plus rapide que la paraffine générique. Seulement 0,1 watt en-dessous du Molten Speed Wax.

Squirt est un lubrifiant à base de cire; en fait, il est basé sur un produit appelé slack wax, qui est le précurseur de la paraffine. C’est en fait une version « brute » de la paraffine, non affinée, qui contient de l’huile dans son état naturel.

Squirt fut encore plus rapide utilisé sans respecter le temps de séchage recommandé, une expérience faite par simple curiosité. Comme cela allait à l’encontre des recommandations du fabricant, les résultats du test sont ceux après séchage. Mais c’est une donnée à garder en tête : pour faire de Squirt un lubrifiant encore plus rapide, appliquez-le juste avant une course courte.

Parce que Squirt est à base de cire, il reste exceptionnellement propre, protégeant toute la transmission de l’accumulation de crasse habituelle. Lors de nos tests, la longévité fut légèrement en-dessous de la moyenne -500-600 kilomètres dans de bonnes conditions. Mais c’est bien plus facile à appliquer que la paraffine, un détail qui fera pencher la balance en sa faveur pour pas mal de riders.

La différence entre le meilleur et le pire lubrifiant de ce test fut de 3,68 Watts. Les lubrifiants testés lors de cette session ont été, en moyenne, plus rapides que ceux de l’an dernier; pas vraiment surprenant vu que nous avions axé nos recherches sur les lubrifiants les plus rapides possible.

Rock’n roll Extreme s’en sort bien, et même mieux que le lubrifiant liquide le plus rapide de l’an dernier, le Rock’n Roll Gold. Lilly Lube, qui contient des additifs propriétaires destinés à diminuer la friction à haute pression, fut aussi plus rapide que le Rock’n Roll Gold.

Etonnamment, notre bonne vieille bouteille d’huile d’olive Del Papa de l’épicerie du coin fut le quatrième plus rapide. Nous ne pouvons pas parler de sa longévité sur une chaîne de vélo, mais on ne va pas trop lui en demander non plus.

Les lubrifiants se déclarant à base de nanotechnologies n’ont pas excellé. Cependant, nous avons découvert qu’ils duraient incroyablement longtemps et préservaient l’usure de la transmission. SpeedX, qui prétend utiliser des liaisons polaires fut plus lent de 1,53 watts que la Molten Speed Wax. Rand Momentum, qui déclare utiliser des huiles végétales rares et à base de nanoparticules a eu une moyenne de 1,15 watt plus lente que la Speed Wax.

Toutes les cires ne sont pas égales, bien entendu. Fast Wax Hot Melt Fluoro, conçue pour le ski de fond, a bien fonctionné, mais avec quand même un demi watt de moins que la Speed Wax. N’importe quoi à base de paraffine a l’air de particulièrement bien fonctionner sur une chaîne.

Comme nous avons vu, certains additifs se sont montré plutôt efficaces. Voyez les cires avec du PTFE ou du Molybdène, comme Gnar Lube Black Saffire et Molten Speed Wax, par exemple, ou de cire brute contenant de l’huile, comme Squirt. Les lubrifiants à base de cire mais avec un solvant se sont révélés peu performants.

 

Alors, on achète quoi ?

Nous avons longtemps été partisans de la méthode de paraffinage. Avec le matériel adéquat, ce n’est pas particulièrement onéreux, et ça vous laisse une transmission tellement merveilleusement propre que le temps passé à paraffiner la chaîne est gagné dix fois par rapport au temps perdu au nettoyage. La  longévité d’une chaîne traitée à la paraffine est au-delà de nos espérances – nous avons parcourus de centaines de kilomètres avec une seule application. La paraffine est aussi la solution la plus rapide, donnant une transmission au rendement exceptionnel, encore meilleur avec la Molten Speed Wax.

Squirt est vraiment une alternative phénoménale. Il est lui aussi très très propre, bien qu’un peu moins que la paraffine. Une fois que l’eau de l’émulsion s’est évaporée, ça ramasse vraiment très peu de poussière. Le vrai avantage par rapport à la paraffine, c’est que Squirt peut être appliqué comme n’importe quel lubrifiant liquide. Fini les bains-marie, terminé les risques d’inflammabilité des vapeurs de paraffine. Facile d’utilisation et incroyablement efficace : Squirt est vraiment au top. Ce n’est pas parfait en conditions très humides, mais en conditions sèches, seulement la SpeedWax sera plus rapide.

Test Squirt chez Actu du VTT GPS

Logo-Actu-300x127Le site Actu du VTT GPS a testé le lubrifiant Squirt dans toutes les conditions et rend son verdict : adopté !

Tout l’article par ici : http://actuduvttgps.fr/lubrifiant-pour-transmission-squirtlube/

10 sur 10 chez VTT Mag !!

L’admirable magazine de VTT réputé pour l’intraitabilité de ses tests a délivré un 10/10 au lubrifiant Squirt après l’avoir martyrisé dans toutes les conditions imaginables, et va désormais s’en servir pour tous leurs vélos de test !!

C’est une belle reconnaissance technique de la qualité de ce produit.

VTT Mag de Mars 2013

VTT Mag de Mars 2013

4/5 dans BIKE !

Simon André, rider pro et testeur chez Bike, a testé SQUIRT pendant plusieurs mois, dans toutes les conditions et sur plusieurs de ses bikes.
C’est maintenant celui qu’il utilise tous les jours 😉

TestsBIKE

Test sur le site Bikeradar.com

« Excellentes performances en conditions sèches, étonnamment durable : la transmission reste propre et silencieuse longtemps »

 

Squirt Lube est sans conteste le meilleur lubrifiant sec à base de cire que nous avons testé jusqu’à présent. C’est enfin LE lubrifiant à base de cire qui tient les promesses d’une transmission propre, silencieuse et qui dure.

Le curieusement-nommé Squirt débarque comme « encore un lubrifiant pour chaîne à base de cire de plus », mais s’est rapidement révélé différent des autres. Il est beaucoup plus visqueux que les autres, ne pue pas, et il ne se dégrade pas avec le temps.

Squirt est le seul lubrifiant à base de cire que nous avons rencontré qui peut durer plus d’un ride dans la poussière incroyablement fine de Moab (Utah) et de Fruita (Colorado). Les chaînes sont restées silencieuses et onctueuses sur de longues périodes, et même remarquablement propres sur notre période d’essai de six mois. De plus, la longévité impressionnante de Squirt signifie également que vous n’avez pas à en utiliser beaucoup, ce qui fait que le flacon dure plus longtemps.
Comme d’habitude cependant, les conditions humides sont le talon d’Achille de Squirt. Alors que sa longévité était toujours bien meilleure que d’autres lubrifiants à base de cire que nous avons utilisés (assez pour justifier de délaisser n’importe quel autre lubrifiant classique dans certains cas), les lubrifiants spéciaux pour la pluie sont à privilégier quand celle-ci se met à tomber. En outre, comme l’eau qui sert de base s’évapore plus lentement, il faut prévoir plus de temps après l’application avant de rouler pour éviter de retrouver tout le lubrifiant par terre.

Selon son constructeur, la supériorité de Squirt vient de son utilisation de l’eau comme base au lieu d’un solvant plus volatile. Cela permet un ratio beaucoup plus élevé que la normale de 40 pour cent de cire, une véritable émulsion cire-eau qui nécessite peu de secouer la bouteille, et l’eau qui s’évapore plus lentement permet à la cire de s’infiltrer davantage et en profondeur dans la chaîne.

Comme avec tous les autres lubrifiants à base de cire, Squirt recommande de toujours partir d’une chaîne super-propre et complètement dépourvue de lubrifiants ou d’autres solvants de dégraissage avant la première application. En effet, nous avons obtenu les meilleurs résultats en utilisant cette procédure, mais nous avons aussi été très surpris par les performances de Squirt juste en le balançant comme ça sur une chaîne sale.

Squirt a complètement changé notre opinion sur les lubrifiants pour chaînes à base de cire : celui-ci fait réellement ce qu’il promet et il le fait bien, et c’est maintenant la première bouteille que nous utilisons pour sortir dans des conditions sèches.
Bravo ! (en français dans le texte ;-))

Source de l’article

Test longue durée sur le site SingleTracks.com

Dans mon premier post sur Squirt, je vous ai parlé des principales revendications de ce produit: auto-nettoyant et de longue durée. J’ai parcouru plus de 500 kilomètres avec dans toutes sortes de conditions je pense que j’ai suffisamment d’expérience pour faire le bilan de ses forces et ses faiblesses et donner mon verdict. Mais avant d’en arriver là, nous allons passer en revue la façon de bien utiliser ce lubrifiant pour chaîne.

PREMIÈRE APPLICATION

Comme tous les lubrifiants à base de cire, Squirt fonctionne mieux lorsqu’il est appliqué sur une chaîne propre et sèche. Cela signifie que vous devez nettoyer profondément votre chaîne pour la rendre comme neuve; s’il ya quelque chose d’autre sur la chaîne (en particulier un autre lubrifiant à base d’huile) Squirt aura plus de mal à coller.
J’ai utilisé un dégraissant aux agrumes (dilué avec de l’eau) et une vieille brosse à dents pour nettoyer ma chaîne. C’est chiant, c’est salissant, et ça prend un certain temps, mais ça en vaut la peine. Vous aurez seulement besoin de le faire une seule fois, alors faites-le bien ! Pour de meilleurs résultats, vous pouvez aussi nettoyer vos plateaux, cassettes, et les roulettes du dérailleur dans votre lancée.


C’est la même chaîne, avant et après un bon nettoyage.

Une fois que la chaîne est propre et sèche, vous allez appliquer Squirt comme n’importe quel autre lubrifiant: une goutte sur chaque broche / rouleau. Faites tourner les manivelles pour qu’il puisse pénétrer plus profondément dans les rouleaux. Ne pas essuyer l’excès – ça viendra tout seul. Laissez le lubrifiant sécher, puis appliquer une autre couche, et encore une fois, ne pas essuyer l’excédent. Laissez sécher, puis vous êtes prêt à rouler.

POINTS FORTS

Squirt marque un point concernant ses revendications auto-nettoyantes. Ma chaîne ne s’est jamais encrassée, que ce soit dans la boue ou sur les sentiers secs et poussiéreux, et ma chaîne était toujours plus propre que le reste de mon vélo à la fin de chaque ride.

C’était vraiment agréable quand j’avais besoin de travailler sur mon vélo, comme quand j’ai troqué mon pignon habituel de 18 contre un 22 lors de l’essai du Snake Creek 2nd Time Gap. Quand je remplace le pignon, je dois aussi ajouter un maillon à la chaîne, et je dois donc beaucoup la manipuler, à la différence que mes mains avaient zéro huile noire sur elles, une grosse amélioration par rapport au lubrifiant à base d’huile que j’ai utilisé auparavant.
Squirt est excellent pour garder votre chaîne silencieuse et douce. Comme il n’attire pas la saleté et la poussière comme un lubrifiant huileux je n’ai jamais eu ce bruit agaçant de broyage de la transmission. Même après avoir passé à travers des sections boueuses du sentier, ou des traversées de ruisseau avec des bancs de sable de chaque côté, c’était toujours juste doux et silencieux.
Lorsque vous souhaitez re-lubrifier il est préférable de nettoyer la chaîne avant, et avec Squirt c’est un jeu d’enfant, loin du bordel long et fastidieux d’un dégraissage classique d’une chaîne huilée. Il suffit de brosser la chaîne et d’appliquer une couche de Squirt. C’est tout, et ça prend environ une minute et demie.

FAIBLESSES

Tout salissant que ma vieille huile était, elle dure plus longtemps que Squirt, surtout dans les conditions ou j’ai été rider ces derniers temps. À trois reprises depuis le passage à Squirt je me suis retrouvé à pédaler dans 30 centimètres d’eau. La première fois, à la fin de la randonnée ma chaîne grinçait vraiment, même si je l’avais lubrifiée avant la course car je savais que ce serait une rude journée pour le vélo. Maintenant, pour être honnête, ce ruisseau était plutôt un torrent rapide, et non seulement il a viré la plupart du Squirt, mais il a aussi tué mon pédalier Shimano XT. Même une huile pour conditions humides aurait eu du mal à résister.
Le plus long ride que j’ai fait sans avoir à relubrifier est d’environ 140 kilomètres et la chaîne commençait à peine à faire un peu de bruit. C’était surtout des conditions sèches, mais incluant les deux autres passages de ruisseau profond. Ces ruisseaux était beaucoup plus calmes que le premier et ça n’a pas beaucoup affecté le lubrifiant. J’ai été impressionné par le peu d’influence que ces ruisseaux ont eu sur la transmission. Dans des conditions totalement sèches je pense qu’on pourrait facilement faire 150 bornes de plus avant d’avoir à en remettre.

VERDICT
Squirt est mon nouveau chouchou. Il fonctionne très bien, il n’attire pas la saleté, et est très silencieux. Je peux en remettre chaque fois que j’en ai besoin sans perdre une demie-heure avec du dégraissant et une brosse à dents, et ça permet de rendre la mécanique sur le bike bien plus agréable. J’aurais aimé qu’il dure un peu plus longtemps avant de devoir en remettre, mais relubrifier avec Squirt est tellement simple et rapide que ce n’est pas un si gros problème.

 

Source d’origine

Test de SingleTrack.com


Avec autant de marques de lubrifiant pour chaîne sur cette planète, le choix de mon lubrifiant a toujours été  la bouteille la plus proche de la chaîne à lubrifier le moment venu.

La seule exception étant l’évitement pur et absolu de tout produit contenant « cire » sur l’étiquette. Ce n’est pas que l’idée qu’un lubrifiant à base de cire soit mauvais, mais c’est plutôt le travail supplémentaire que ça demandait, le résultat souvent visqueux, et la piètre performance du produit qui m’en a éloigné des années auparavant.

Pour vous donner une idée de l’importance de mon aversion à la cire, j’ai travaillé sur un stand au salon Interbike juste à côté de celui de Squirt Lube avec Larry Grossman il y a quelques années, et tout en écoutant son argumentaire imparable pendant des jours, j’ai vu la queue monumentale des bouclars, des coureurs et des médias venir dire avec enthousiasme à quel point ils adorent ce magnifique produit. Et je n’avais toujours pas envie de l’essayer.

Puis, lors d’une sortie au printemps de l’année dernière, c’est arrivé. Après quelques jours poussiéreux, suivi d’un lavage appuyé sous pression, ma chaîne sonnait comme les roues d’un vieux train de marchandises rouillé, et une bouteille de Squirt était la seule à portée de main. Comme la chaîne était parfaitement préparée, le Squirt s’est installé à sa guise, et à mon grand étonnement, toute ma transmission est restée propre, silencieuse et douce pendant tout le reste de mon trip dans le désert sec et poussiéreux.
Depuis, Squirt est le seul lubrifiant utilisé sur mes bikes, et après avoir enfin eu la chance de le tester dans des conditions hivernales, je peux honnêtement dire que c’est mon unique choix de lubrifiant de chaîne pour toutes les conditions.

On dégraisse, on cire

Contrairement à d’autres marques de lubrifiants à base de cire qui utilisent des solvants comme base, Squirt émulsionne ses quatre cires (trois cires lubrifiantes et une cire collante) dans de l’eau. L’émulsion contient environ 36% de cire, qui est environ le double des 17% de cire qu’on retrouve traditionnellement dans un lubrifiant à base de solvant, mais reste quand même très liquide et pénétrant. Sa faible viscosité permet à Squirt de pénétrer dans les broches et vers le bas dans les plaques intérieures beaucoup plus facilement que d’autres lubrifiants plus visqueux, et lubrifie une chaîne en profondeur en une seule application.

L’eau s’évapore aussi plus lentement que le solvant, ce qui donne à la cire beaucoup plus de temps pour pénétrer profondément dans les recoins de la chaîne. Pour ceux qui ont plus de temps et de motivation devant eux, utiliser un sèche-cheveux pour chauffer la chaîne fraîchement lubrifiée permet de faire pénétrer encore plus profondément le lubrifiant. Il suffit juste d’éviter de dépasser les 100°C pour ne pas dégrader les caractéristiques mécaniques de la cire.

Comme pour tous les lubrifiants à base de cire, Squirt demande à ce que la chaîne soit impeccablement propre et dépourvue de toute trace de lubrifiant pétrole avant de l’appliquer. A part pour ma chaîne séchée par le désert et rincée par un nettoyage appuyé au Karcher, nous avons utilisé un nettoyant bio pour dégraisser les chaînes neuves, ce qui est également préconisé par Squirt. Il ne vous reste plus qu’à frotter la chaîne à la brosse et au liquide vaisselle puis de la rincer abondamment avant l’application.

Bien sûr, nous avons également appliqué Squirt sur des chaînes qui avaient encore du vieux lubrifiant, et n’avons pas eu des résultats aussi impressionnantes. Cependant, après plusieurs kilomètres, les chaînes ont bien fonctionné après un nettoyage à l’eau savonneuse.

Une fois Squirt appliqué, la chaîne n’a pas besoin d’être dégraissée à nouveau. Il suffit d’ajouter du Squirt en cas de besoin. Mettre trop de Squirt n’est pas un problème non plus, car une fois l’eau évaporée, l’excès de cire sera tout simplement éjecté sur la première partie de la sortie. Et comme selon Squirt, les cires utilisées sont biodégradables, pas de mal, pas de faute envers Mère Nature.

Disponible en rose

Squirt est aussi disponible en rose, tout en offrant les mêmes performances. La seule différence est que 10% des recettes sur la version rose est reversé pour promouvoir la sensibilisation au cancer du sein. Donc la prochaine fois que vous avez besoin d’une bouteille, rendez votre mère fière de vous en demandant une bouteille rose.

Bon à savoir

Pour ceux qui vivent dans des régions sujettes au gel, Squirt va se transformer en un solide inutilisable s’il est exposé à des températures inférieures à zéro. Cela s’est produit deux fois pour moi; une fois pour une bouteille laissée dans la camionnette et une fois pour une bouteille laissée dans le garage non chauffé. La bonne nouvelle étant que, une fois l’eau évaporée après l’application, la cire n’est pas affectée par les températures inférieures à zéro quand elle est sur la chaîne.

En parlant de mauvais temps, Squirt ne s’applique pas bien quand c’est vraiment mouillé, humide ou froid. Fondamentalement, si l’eau n’a pas de bonnes chances de s’évaporer dans les conditions rencontrées au moment ou vous avez besoin de lubrifier votre chaîne, vous allez devoir faire preuve de créativité. La rumeur dit que le mécanicien de Katie Compton applique Squirt à ses vélos de course dans la chaleur de la chambre d’hôtel, la nuit avant les courses. Et il y a toujours le truc du sèche-cheveux, aussi.

Article paru sur SingleTrack.com, traduit ici en Français