Dans mon premier post sur Squirt, je vous ai parlé des principales revendications de ce produit: auto-nettoyant et de longue durée. J’ai parcouru plus de 500 kilomètres avec dans toutes sortes de conditions je pense que j’ai suffisamment d’expérience pour faire le bilan de ses forces et ses faiblesses et donner mon verdict. Mais avant d’en arriver là, nous allons passer en revue la façon de bien utiliser ce lubrifiant pour chaîne.

PREMIÈRE APPLICATION

Comme tous les lubrifiants à base de cire, Squirt fonctionne mieux lorsqu’il est appliqué sur une chaîne propre et sèche. Cela signifie que vous devez nettoyer profondément votre chaîne pour la rendre comme neuve; s’il ya quelque chose d’autre sur la chaîne (en particulier un autre lubrifiant à base d’huile) Squirt aura plus de mal à coller.
J’ai utilisé un dégraissant aux agrumes (dilué avec de l’eau) et une vieille brosse à dents pour nettoyer ma chaîne. C’est chiant, c’est salissant, et ça prend un certain temps, mais ça en vaut la peine. Vous aurez seulement besoin de le faire une seule fois, alors faites-le bien ! Pour de meilleurs résultats, vous pouvez aussi nettoyer vos plateaux, cassettes, et les roulettes du dérailleur dans votre lancée.


C’est la même chaîne, avant et après un bon nettoyage.

Une fois que la chaîne est propre et sèche, vous allez appliquer Squirt comme n’importe quel autre lubrifiant: une goutte sur chaque broche / rouleau. Faites tourner les manivelles pour qu’il puisse pénétrer plus profondément dans les rouleaux. Ne pas essuyer l’excès – ça viendra tout seul. Laissez le lubrifiant sécher, puis appliquer une autre couche, et encore une fois, ne pas essuyer l’excédent. Laissez sécher, puis vous êtes prêt à rouler.

POINTS FORTS

Squirt marque un point concernant ses revendications auto-nettoyantes. Ma chaîne ne s’est jamais encrassée, que ce soit dans la boue ou sur les sentiers secs et poussiéreux, et ma chaîne était toujours plus propre que le reste de mon vélo à la fin de chaque ride.

C’était vraiment agréable quand j’avais besoin de travailler sur mon vélo, comme quand j’ai troqué mon pignon habituel de 18 contre un 22 lors de l’essai du Snake Creek 2nd Time Gap. Quand je remplace le pignon, je dois aussi ajouter un maillon à la chaîne, et je dois donc beaucoup la manipuler, à la différence que mes mains avaient zéro huile noire sur elles, une grosse amélioration par rapport au lubrifiant à base d’huile que j’ai utilisé auparavant.
Squirt est excellent pour garder votre chaîne silencieuse et douce. Comme il n’attire pas la saleté et la poussière comme un lubrifiant huileux je n’ai jamais eu ce bruit agaçant de broyage de la transmission. Même après avoir passé à travers des sections boueuses du sentier, ou des traversées de ruisseau avec des bancs de sable de chaque côté, c’était toujours juste doux et silencieux.
Lorsque vous souhaitez re-lubrifier il est préférable de nettoyer la chaîne avant, et avec Squirt c’est un jeu d’enfant, loin du bordel long et fastidieux d’un dégraissage classique d’une chaîne huilée. Il suffit de brosser la chaîne et d’appliquer une couche de Squirt. C’est tout, et ça prend environ une minute et demie.

FAIBLESSES

Tout salissant que ma vieille huile était, elle dure plus longtemps que Squirt, surtout dans les conditions ou j’ai été rider ces derniers temps. À trois reprises depuis le passage à Squirt je me suis retrouvé à pédaler dans 30 centimètres d’eau. La première fois, à la fin de la randonnée ma chaîne grinçait vraiment, même si je l’avais lubrifiée avant la course car je savais que ce serait une rude journée pour le vélo. Maintenant, pour être honnête, ce ruisseau était plutôt un torrent rapide, et non seulement il a viré la plupart du Squirt, mais il a aussi tué mon pédalier Shimano XT. Même une huile pour conditions humides aurait eu du mal à résister.
Le plus long ride que j’ai fait sans avoir à relubrifier est d’environ 140 kilomètres et la chaîne commençait à peine à faire un peu de bruit. C’était surtout des conditions sèches, mais incluant les deux autres passages de ruisseau profond. Ces ruisseaux était beaucoup plus calmes que le premier et ça n’a pas beaucoup affecté le lubrifiant. J’ai été impressionné par le peu d’influence que ces ruisseaux ont eu sur la transmission. Dans des conditions totalement sèches je pense qu’on pourrait facilement faire 150 bornes de plus avant d’avoir à en remettre.

VERDICT
Squirt est mon nouveau chouchou. Il fonctionne très bien, il n’attire pas la saleté, et est très silencieux. Je peux en remettre chaque fois que j’en ai besoin sans perdre une demie-heure avec du dégraissant et une brosse à dents, et ça permet de rendre la mécanique sur le bike bien plus agréable. J’aurais aimé qu’il dure un peu plus longtemps avant de devoir en remettre, mais relubrifier avec Squirt est tellement simple et rapide que ce n’est pas un si gros problème.

 

Source d’origine